Biographie

EVALDO BRAGA - L'IDOLE NOIRE
En une carrière éclair, depuis sa première apparition dans les médias jusqu'à sa mort tragique et précoce à vingt-cinq ans sur un trameau de la route BR-040 qui lie Juiz Fora à Rio de Janeiro, Evaldo Braga a conquis une légion fidèle de fans. Aujourd'hui orphelins de l'idole, ils se souviennent de lui avec amour et chantent encore ses chansons.

La rançon historique de cette idole de la musique Brésilienne est justifiée par une popularité encore soutenue, bien que mort et peu cité par les médias. Il est un phénomène musical.

Soutenu par des enregistrements pirates du commerce non-officiel, par de vieux magasins des disques, et avec deux CD édités par un petit Label, il a un public très éclectique qui inclue des professionnels de la nuit, des conducteurs de taxi, des domestiques, des bohémiens ainsi que des musiciens et des intellectuels.

La BIOGRAPHIE
S'il était vivant, Evaldo Braga aurait 67 ans le 28 septembre 2010. Il n'est plus entre nous, mais son travail si demeure. Mort prématurément à l'age de 25 ans dans un accident de voiture, il a eu une existence, une oeuvre et une mort marquées par la tragédie.

Né dans la ville de Campos dos Goytacazes, dans l'état de Rio de Janeiro, il a été conçu dans une SAM* (Funabem postérieur - Febem) et n'a jamais connu ses parents: Une enfance semblable à celle de milliers d'autres brésiliens. Sa volonté marqua la différence.
Le désir de la célébrité l'a toujours accompagné. Encore au Funabem, il eut une altercation avec un camarade : l'un disait qu'il serait un chanteur célèbre; l'autre, qu'il serait joueur du football reconnu. Ce camarade était Dario Chest of Steel, Dadá Maravilha (Amazind Dadá).

La notoriété transforma l'histoire de sa vie passée en une légende et apporta à Evaldo une expérience très différente de celles qu'il connaissait déjà. A cette époque, il eut beaucoup de mères dans sa vie. Là où il passait, de nouvelles progénitrices apparaissaient ; elles le réclamaient pendant ses représentations publiques. Seule une d'elles réussit à le toucher.

Evaldo, tout en battant des records de ventes, se sentait incertain. Il voulait de la reconnaissance ; que tout le monde accepte son succès. Irrité par les critiques, il s'est plaint avec son "White Father": "Regarde ça ! Ce type dit que je ne chante rien, n'est ce pas ? Dites-lui de regarder combien de disques j'ai vendus. Dites-lui, Assad". Evaldo a même dit dans un journal : "Je ne fais pas de la musique pour l'élite, je la fais pour ceux qui vivent dans la Zone Nord, pour ceux qui la comprennent ".

Sa vie et les difficultés qu'il a affrontées jusqu'à ce moment sont décrites dans sa musique. "Mes morceaux sont inspirés, presque entièrement, par ces moments de bagarres et de souffrance. Ils reflètent exactement ce par quoi je suis passé, ce qui, réellement, est beaucoup. Cela explique pourquoi mes disques se vendent ".

Il est mort l'année la plus prometteuse, selon lui-même, de sa courte carrière. Un accident de voiture sur la route BR-040, ancienne BR-3, près du district municipal de Three Rivers, dans l'état de Rio, mit fin ses jours. Evaldo laissa une légion de fans désespérés. Le Saint John Baptist Cemitery dans la ville de Rio de Janeiro, se remplit. L'agitation dut être contenue avec le renfort de la troupe de choc de la Police Militaire locale.
Evaldo était superstitieux : Il ne sortait pas sans une espèce de guide enroulé autour de sa main droite. Le jour de sa mort, un fan lui arracha ce guide.

* Service d'Assistance aux Mineurs

Traduction du portugais/anglais au français: Alex Rault